Soft skills

La Capacité d’agir contribue à développer les soft skills.

Le projet essaim se distingue par son objectif d’agir durablement sur le développement des compétences du 21ème siècle et d’en mesurer l’impact scientifiquement !

Illustration soft skills

Le projet essaim vise à mettre en réseau les différents acteurs de l’écosystème formation/emploi (apprenants, enseignants/formateurs, directeurs d’établissements, d’organismes de formation, d’entreprises, d’ingénieurs pédagogiques…) afin d’élaborer ensemble des pédagogies innovantes qui permettront une forte employabilité ainsi qu’un parcours professionnel riche.

Participer et adapter le Modèle de la Capacité d’agir à mon organisation

L’impératif besoin de développer les soft skills

Illustration Besoin de développer les soft skills

Les compétences peuvent être définies comme « les capacités à utiliser ses connaissances personnelles pour accomplir des actions ou exécuter des tâches »(Matteson et al., 2016) et elles sont communément regroupées en deux catégories : « hard skills » et « soft skills ».

Il est de plus en plus évident et admis que les compétences non techniques, à savoir les « soft-skills » (communication, travail d'équipe, esprit critique, organisation, etc.) sont souhaitables et doivent être enseignées le plus tôt possible. Ces compétences sont larges et peuvent s'appliquer à de nombreux domaines : l'éducation, le lieu de travail et la vie en général. Par exemple, la capacité de savoir communiquer peut être bénéfique pour toute relation interpersonnelle - en tant que client, étudiant, collègue, manager mais tout simplement en tant qu’être humain. Cette utilité ne peut pas être niée, les nombreuses analyses démontrent en effet l’importance des soft-skills dans le monde du travail.

Le projet essaim renforce le concept de « soft-skill » en se basant sur les apports des sciences cognitives et en s’appuyant sur deux capacités fondamentales :

  • l’agentivité
  • et le Sentiment d’Efficacité Personnelle (SEP)

Ces capacités fondamentales peuvent être à la source de l’ensemble des phénomènes observables présents dans la plupart des référentiels “soft skills” utilisés par les acteurs de la formation.

Le projet essaim s’appuie sur les travaux de l’OCDE et classe l’ensemble de ces phénomènes observables selon 5C (référentiel ze.game)

Soft skills : Pensée Critique

Pensée Critique

Être curieux, réfléchir par soi-même, faire preuve de discernement, s’organiser pour être capable de trier les informations et naviguer à travers la complexité du monde.

Capacités associées : organisation, discernement, curiosité, capacité de corrélation, perspective et synthèse
Soft skills : Collaboration

Collaboration

Créer des cadres de confiance et de sens au sein d’un groupe, se responsabiliser, et savoir créer des synergies entre des personnalités différentes, pour aller plus loin ensemble.

Capacités associées : synergie, responsabilisation, inspiration, cadrage, valorisation
Soft skills : Créativité

Créativité

S’adapter, innover, affirmer son originalité, porter une vision inspirante du monde sont autant d’atouts pour naviguer dans l’incertitude et les crises.

Capacités associées : imagination, adaptation, originalité, ingéniosité, vision
Soft skills : Communication

Communication

S’exprimer clairement, savoir écouter de façon active, être sensible à un public et savoir mobiliser les stratégies de communication indirectes (réseaux sociaux…) pour mieux diffuser ses messages.

Capacités associées : sensibilité au public, clarté d’expression, écoute, éloquence, influence
Soft skills : Alignement Corps-Esprit

Alignement Corps-Esprit

Accueillir ses émotions, écouter son intuition, comprendre son corps, réguler son stress et se maintenir en bonne santé encouragent à vivre pleinement et à aller au bout de ses aspirations.

Capacités associées : cohérence, énergie, goût de l’aventure, conscience et intuition, santé de fer

La capacité d'agir comme moteur pour le développement des soft skills (5C)

La capacité d'agir servirait de moteur pour le développement et le maintien des soft skills. Il s’agit de capacités applicables et transférables à toutes les professions et formations.

Voir une illustration avec le 'Jeu du Maire’ disponible dans le parcours ‘Je deviens Essaimeur’. Cette activité permet aux participants de découvrir la sociodynamique, de comprendre les situations dans lesquelles vivent nos organisations et de favoriser l’action pour améliorer la performance.

Le pouvoir du Sentiment d'Efficacité Personnelle (SEP) dans le développement des Soft Skills !

Voyons comment concrètement le Sentiment d’Efficacité Personnelle et les différents facteurs environnementaux qui l’entourent peuvent impacter le développement des soft skills :

Le Sentiment d'Efficacité Personnelle agirait comme un catalyseur positif pour le développement des soft skills.

Un haut Sentiment d’Efficacité Personnelle permettrait aux individus d’aborder les situations avec un état d’esprit positif en favorisant la croyance en sa capacité à apprendre à communiquer et la prise de décision. Il permettrait également d’être plus à même à croire d’être plus persévérant face aux difficultés en contribuant au développement de la résilience et la gestion des obstacles. Le sentiment d’Efficacité Personnelle serait susceptible d’impacter la motivation intrinsèque en alimentant le désir d’apprendre et de s’améliorer. Il permettait également aux individus d’être plus enclins à prendre des risques calculés en les encourageant à sortir de leur zone de confort, d’explorer de nouvelles idées, de développer l’état créatif leur créativité ce qui contribuerait au développement de la pensée critique et à la résolution de problème. Les personnes avec un fort Sentiment d’Efficacité Personnelle seraient donc plus aptes à s’ajuster aux changements, à relever de nouveaux défis et à développer des compétences d’adaptabilité.

La gestion du stress : Transformer l'adversité en opportunité

Un faible Stress Perçu serait susceptible d’être la clé pour cultiver des soft skills telles que la pensée critique, la communication, l'adaptabilité, et la collaboration. Transformer le stress en défi activerait l'engagement, stimulerait la créativité et développerait des stratégies de gestion émotionnelle. En mode défi, la personne serait mieux équipée pour prioriser, planifier et organiser efficacement ses tâches.

Le contrôle perçu, l'équilibre de l’interne et de l'externe

Le Contrôle Perçu, associé à la notion de "Locus Of Control", se réfère à la croyance d'une personne quant à sa capacité à influencer ou à contrôler les événements de sa vie.
Un contrôle perçu interne et externe équilibré, où l'individu croit qu'il a un certain pouvoir sur sa vie tout en prenant en compte les facteurs externes, serait susceptible de contribuer au développement des soft skills de plusieurs manières. Cette croyance en sa capacité à influencer sa vie favoriserait la responsabilité personnelle, l'autonomie et la communication efficace. Ces compétences sont cruciales dans les contextes professionnels, d’apprentissages et personnels pour interagir efficacement avec les autres, résoudre des problèmes et réussir dans différentes situations.

Le soutien social perçu : L'énergie de la collaboration

Le soutien social perçu englobe la perception de recevoir du soutien émotionnel, informatif ou pratique de la part des autres. Un fort soutien social perçu favoriserait des relations positives, en stimulant la communication interpersonnelle, en renforçant l'empathie, en encourageant la collaboration, en contribuant à la gestion des conflits, en soutenant la gestion émotionnelle. Ces compétences sont cruciales pour établir des relations efficaces, travailler en équipe et réussir dans diverses situations et contribuer à créer un environnement propice à la collaboration. Les individus qui perçoivent un fort soutien social perçu seraient plus enclins à partager des responsabilités et à tirer parti des compétences complémentaires, développant ainsi des compétences en travail d'équipe.

Les stratégies de coping et assertivité : Les alliées des Soft Skills

Les stratégies de coping, qui font référence aux moyens utilisés par une personne pour faire face à une situation, et l’assertivité, qui implique la capacité à exprimer ses opinions en respectant celles des autres, contribueraient au développement des soft skills. Elles favoriseraient la gestion du stress, la flexibilité mentale, la régulation émotionnelle, la communication efficace, la gestion des conflits et la prise de décision. Ces compétences sont cruciales dans divers contextes, tant professionnels que personnels, pour interagir efficacement avec les autres, résoudre des problèmes et réussir dans différentes situations.

Nous comprenons en résumé, que les Soft Skills englobent un vaste éventail de compétences. En explorant le Sentiment d'Efficacité Personnelle et son environnement, nous façonnons un univers où chaque individu pourrait développer ces compétences de manière tangible.

Concrètement, comment pouvons-nous les mesurer ?

Illustration observatoire

Grâce à l’ Observatoire Dynamique de la capacité d’agir créé par Humans Matter et qui permet de mesurer scientifiquement l’action des dispositifs de formation sur la capacité d’agir. En collectant, organisant et valorisant la data, l’observatoire mesure de façon inédite et universelle, l’impact et le développement de la capacité d’agir individuelle et collective.

La capacité d’agir ne se mesure pas directement, c’est en évaluant le degré de croyance d’un individu en son efficacité personnelle et les effets des facteurs environnementaux qui l’entourent. Ainsi, l'apprenance, la capacité d'agir et les soft skills sont étroitement liés et se nourrissent mutuellement. Une personne engagée dans l'apprentissage continu serait plus apte à développer des compétences qui renforcent sa capacité d'agir de manière efficace, tandis que la mise en œuvre active de ces compétences favorisait un cycle d'amélioration continue. Cette interaction mutuelle est cruciale dans un environnement où la créativité, la compréhension, l’esprit critique, la créativité, les compétences émotionnels et la conscience de soi (alignement corps-esprit) sont des atouts majeurs.

Pour aller plus loin, consultez la bibliographie :
  • Adhvaryu, A., Kala, N., & Nyshadham, A. (2018). The Skills to Pay the Bills: Returns to On-the-job Soft Skills Training (No w24313; p. w24313). National Bureau of Economic Research. https://doi.org/10.3386/w24313
  • Adhvaryu, A., Kala, N., & Nyshadham, A. (2018). The Skills to Pay the Bills: Returns to On-the-job Soft Skills Training (No w24313; p. w24313). National Bureau of Economic Research. https://doi.org/10.3386/w24313
  • Alderfer, C. P. (1969). An empirical test of a new theory of human needs. Organizational Behavior and Human Performance, 4(2), 142‑175. https://doi.org/10.1016/0030-5073(69)90004-X
  • Alheit, P., & Dausien, B. (2005). Processus de formation et apprentissage tout au long de la vie. L’Orientation scolaire et professionnelle, 34/1, 57‑83. https://doi.org/10.4000/osp.563
  • Bhagra, A., & Sharma, D. K. (2018). Changing paradigm of employability skills in the Global Business World: A review. IUP Journal of Soft Skills, 12(2), 7‑24.
  • Blais, M.-C., Gauchet, M., & Ottavi, D. (2014). Transmettre, apprendre. Stock.
  • Blume, B. D., Ford, J. K., Baldwin, T. T., & Huang, J. L. (2010). Transfer of Training: A Meta-Analytic Review. Journal of Management, 36(4), 1065‑1105. https://doi.org/10.1177/0149206309352880
  • Cameron, J., & Pierce, W. D. (1994). Reinforcement, Reward, and Intrinsic Motivation: A Meta-Analysis. Review of Educational Research, 64(3), 363‑423. https://doi.org/10.3102/00346543064003363
  • Carré, P. (2005). L’apprenance: Vers un nouveau rapport au savoir. Dunod.
  • Carré, P. (2016). L’autoformation, d’hier à aujourd’hui. In M. Fournier (Éd.), Éduquer et former (p. 353‑361). Éditions Sciences Humaines.
  • Clot, Y. (2008). Travail et pouvoir d’agir. Presses universitaires de France.
  • Davenport, T. H., & Prusak, L. (1998). Working knowledge: How organizations manage what they know. Harvard Business School Press.
  • Doron, J., Stephan, Y., & Le Scanff, C. (2013). Les stratégies de coping: Une revue de la littérature dans les domaines du sport et de l’éducation. European Review of Applied Psychology, 63(5), 303‑313. https://doi.org/10.1016/j.erap.2013.04.003
  • Duan, C. (2000). Being empathic: The role of motivation to empathize and the nature of target emotions. Motivation and Emotion, 24(1), 29‑49. https://doi.org/10.1023/A:1005587525609
  • Dutot, V., & Safraou, I. (2012). Transfert intergénérationnel des connaissances et technologies de l’information (TI): Vers un modèle intégrateur des dynamiques junior-senior. La Revue des Sciences de Gestion, 253(1), 89. https://doi.org/10.3917/rsg.253.0089
  • Faragher, E. B., Cass, M., & Cooper, C. L. (2005). The relationship between job satisfaction and health: A meta-analysis. Occupational and Environmental Medicine, 62(2), 105‑112. https://doi.org/10.1136/oem.2002.006734
  • Farh, J.-L., Podsakoff, P. M., & Organ, D. W. (1990). Accounting for Organizational Citizenship Behavior: Leader Fairness and Task Scope versus Satisfaction. Journal of Management, 16(4), 705‑721. https://doi.org/10.1177/014920639001600404
  • Feshbach, N., & Feshbach, S. (1987). Affective Processes and Academic Achievement. Schools and Development, 58(5), 1335‑1347.
  • Fisher, K. (2003). Demystifying Critical Reflection: Defining criteria for assessment. Higher Education Research & Development, 22(3), 313‑325. https://doi.org/10.1080/0729436032000145167
  • Gelpe, D. (2007). Les sources perçues de régulation des conduites en formation professionnelle: Le modèle de l’auto-détermination revisité. 8ème Colloque international de Psychologie sociale appliquée, Besançon, France.
  • Grasset, R. (2019). Apprenance et équipes de travail: Mise à l’épreuve d’une évaluation individuelle du rapport à l’apprendre dans les interactions des collectifs [Education. Université de Nanterre - Paris X]. https://theses.hal.science/tel-02736949
  • Heijde, C. M. V. D., & Van Der Heijden, B. I. J. M. (2006). A competence-based and multidimensional operationalization and measurement of employability. Human Resource Management, 45(3), 449‑476. https://doi.org/10.1002/hrm.20119
  • Isambert-Jamati, V. (1994). Savoirs et compétences: De l’usage de ces notions dans l’école et l’entreprise (F. Ropé & L. Tanguy, Éds.). L’Harmattan.
  • Lévy-Leboyer, C. (1998). La motivation dans l’entreprise: Modèles et stratégies. Éd. d’Organisation.
  • Nagels, M. (2010). Construire l’auto-efficacité par l’analyse de l’activité en formation des cadres et dirigeants de la santé publique: Savoirs, n° 22(1), 69‑88. https://doi.org/10.3917/savo.022.0069
  • Prada, M. F., Rucci, G., & Urzúa, S. (2019). Training, Soft Skills and Productivity: Evidence from a Field Experiment in Retail. Inter-American Development Bank. https://doi.org/10.18235/0001714
  • Roussel, J.-F. (2016). L’apprenance, une contribution déterminante en organisation. Education permanente, 207, 35‑41.